home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

RISQUES : Les leçons du programme de recherche Nanogenotox

Par MD et l'équipe Avicenn - article initialement publié dans la lettre VeilleNanos n°8/9 du 30 décembre 2013

Le séminaire de clôture du programme Nanogenotox s’est tenu le 22 février 2013 au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. Ce programme européen initié en 2010 a réuni 16 partenaires de l’Union Européenne dont l’ANSES, le CEA, l’INRS et l’Institut Pasteur de Lille du côté français.
Le but de ce programme de 6,2 M€ était de proposer et valider des protocoles de préparation et de tests de génotoxicité de nanomatériaux, de comparer les résultats obtenus in vitro et in vivo et de réaliser des comparaisons inter-laboratoires. Quatorze nanomatériaux regroupés en trois groupes ont été utilisés : dioxyde de titane, silice et nanotubes de carbone.

Les principaux résultats en bref :
- La mise au point de procédures standardisées de caractérisation physico-chimique des nanomatériaux et un protocole commun de dispersion des nanomatériaux ; des adaptations des lignes directrices de tests in vitro et in vivo de l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) ont été proposées.
- La preuve scientifique que les nanomatériaux d’une même famille (en termes de composition chimique) ne peuvent être considérés comme une "monosubstance" du fait des différences de génotoxicité et de toxicocinétique observées entre les différents nanomatériaux testés. Les nanomatériaux étudiés n’ont pas montré de génotoxicité forte, mais plus d’effets génotoxiques ont été détectés à faible dose sur le colon pour certaines nanosilices, montrant la nécessité d’étudier les mécanismes d'action génotoxiques des faibles doses.

Malgré les tentatives d’harmonisation des méthodes et matériaux utilisés par les différentes équipes, des disparités parfois importantes dans les résultats obtenus ont été observées.

- Le rapport final (en anglais) : “Facilitating the safety evaluation of manufactured nanomaterials by characterising their potential genotoxic hazard”
- Diaporama synthétique (en français)