home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

INTERNATIONAL : Rebondissement dans l'affaire de "tromperie sur la marchandise" qui oppose les Amis de la Terre à Antaria en Australie

Par MD - 04 mars 2013
Accusée l'été dernier par les Amis de la Terre Australie de "tromperie sur la marchandise", Antaria a finalement reconnu le caractère nanométrique du ZinClear, qu'elle a vendu à des marques cosmétiques pour des crèmes solaires étiquetées "sans nano".

Sommaire
- Rappel des faits
- Antaria reconnaît que l'oxyde de zinc qu'elle commercialise se présente sous forme nanométrique
- Tromperie sur la marchandise ?
- Pour aller plus loin
- Notes et références


Rappel des faits

Nous avions relayé l'été dernier l'annonce de la plainte déposée par les Amis de la Terre Australie contre Antaria Ltd. pour tromperie sur la marchandise1. Selon les Amis de la Terre Australie, Antaria a dupé ses clients - des entreprises cosmétiques fabricant des crèmes solaires - en niant le caractère nanométrique de l'oxyde de zinc contenu dans l'ingrédient ZinClear qu'elle leur a vendu, alors même que d'autres documents de l'entreprise prouvaient qu'elle connaissait sa composition nanométrique.
"Trompées" par Antaria, plusieurs marques de cosmétiques avaient utilisé la mention "sans nano" comme argument de vente. L'ingrédient ZinClear avait même été certifié bio par Ecocert dont le cahier des charges vise à garantir, notamment, l'absence de nanoparticules des "cosmétiques écologiques et biologiques".

Antaria reconnaît que l'oxyde de zinc qu'elle commercialise se présente sous forme nanométrique

L'ONG australienne vient de publier sur son site un communiqué2 relayant qu'Antaria a finalement reconnu le caractère nanométrique du ZinClear dans un communiqué à la bourse australienne le 20 décembre dernier3.

Tromperie sur la marchandise ?

L'équivalent australien de notre Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) devrait rendre bientôt publiques les suites qu'elle entend donner à la plainte déposée par les Amis de la Terre contre Antaria pour tromperie sur la marchandise4.
Cette plainte est soutenue par :
  • des acteurs syndicaux : le Conseil australien des syndicats (ACTU), le syndicat australien de l’éducation (AEU), le syndicat des services publics (CPSU), Victorian Trades Hall Council (VTHC)
  • des associations de consommateurs : le Consumer Action Law Centre (CALC) et le Ethical Consumer Group (ECG),
  • l'Association de santé publique d’Australie (PHAA),
  • le think tank progressiste the Australia Institute (TAI),
  • deux associations anti-OGM : GeneEthics et MADGE,
  • et l'ONG National Toxics Network (NTN).

Pour aller plus loin

Le ZinClear IM serait présent dans des crèmes solaires vendues en France sans que l'on sache aujourd'hui lesquelles sont concernées.
Ecocert,organisme international de contrôle et certification de l'agriculture et de l'alimentation biologique, aurait suspendu l'agrément du ZinClear dès août 20125.
Les connaissances scientifiques sur l'innocuité ou, a contrario, les risques de l'oxyde de zinc sous forme nanoparticulaire restent lacunaires.

Outre les difficultés techniques de détection des nanomatériaux, cet épisode illustre la nécessité de renforcer la transmission des informations entre les différents acteurs, à chaque étape du cycle de vie des produits, entre chercheurs, producteurs, travailleurs, distributeurs et consommateurs afin que chacun à son niveau puisse agir en connaissance de cause et participer à la construction d'une co-vigilance effective.
Des avancées réglementaires poussent dans ce sens :

Comment les entreprises françaises et européennes se préparent-elles à appliquer le règlement européen et la loi française en la matière ? Ont-elles commencé la mise à jour de leurs fiches produits ou fiches de sécurité ? Comment ont-elles prévu d'informer leurs clients, les transformateurs, revendeurs, distributeurs, travailleurs et consommateurs ?
Quelles sont les avancées concernant notre connaissance des risques associés aux nanoparticules utilisées ? Et les moyens mis en oeuvre pour les réduire ?
Vos témoignages sont attendus à l'adresse redaction(at)veillenanos.fr.


LIRE AUSSI sur notre site :

Notes et références

1 - Cf. notre article Tromperie sur la marchandise ? Des nanoparticules identifiées dans des crèmes solaires prétendument "sans nano", Veillenanos.fr, juillet 2012
2 - Antaria finally admits its sunscreen ingredient is a nanomaterial, Les Amis de la Terre Australie, 4 mars 2013
3 - Review of ZinClear-IM™ product range in line with the European Union Cosmetic Products Regulation (EC 1223/2009), Antaria, 20 décembre 2012
4 - Complaint against Antaria Limited, Juillet 2012
5 - Ecocert suspend l'agrément du ZinClear, Observatoire des Cosmétiques, 17 août 2012
 cosmétiques information étiquetage