home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

SANTÉ : Effets des nanotubes de carbone sur la santé - Eviter de reproduire les erreurs de l'amiante

Par MD - 26 novembre 2013 (dernière modification 28 novembre 2013)

L'Institut finlandais de santé au travail (FIOH) a publié fin octobre un rapport1 présentant les résultats d'études menées par l'institut sur les effets des nanotubes de carbone sur la santé. Des études récentes ont suggéré que certains types de nanotubes de carbone multi-parois (MWCNT) ont "des effets similaires à l'amiante".
Les études menées par le FIOH confirment que les nanotubes de carbone multi-parois rigides, longs et en forme d'aiguille induisent une inflammation (de type asthme) et des dommages de l'ADN dans les poumons (in vivo) et dans des cellules de culture (in vitro). Phénomènes qui n'apparaissent pas lorsque les nanotubes de carbone multi-parois sont flexibles et enchevêtrés ("tangled"). La rigidité des nanotubes de carbone multi-parois est donc un élément clé dans le déclenchement d'une réaction inflammatoire spécifique et l'altération cellulaire impliquée dans la formation de cancer.
Selon les auteurs du rapport, ces résultats fournissent des informations sur les effets indésirables des MWCNT et sont utiles pour évaluer les formes de MWCNT qui nécessitent une attention réglementaire et des mesures de sécurité spéciales dans les sites où sont manipulés des nanotubes de carbone (laboratoires de recherche, sites de production, transformation, etc.) afin de ne pas renouveler les erreurs du passé.
Il reste à comprendre pourquoi la toxicité constatée dans des conditions in vivo est plus forte que dans les expérimentations in vitro : serait-ce dû à un effet de stress oxydant ? Les résultats dépendent aussi de l’administration : l'effet est plus important par inhalation d’aérosol en plusieurs fois que par aspiration pharyngée d’une dispersion en une seule fois. Des études complémentaires sont donc nécessaires pour comprendre comment se produisent ces effets afin de mieux protéger les personnes exposées.

→ D'autres études avaient déjà mis en évidence le fait que plus les nanotubes sont longs, plus ils sont toxiques. S'il y a néanmoins des résultats divergents concernant l'effet de la taille du diamètre des nanotubes longs sur leur toxicité, la cause de la toxicité provient de l’impossibilité pour les cellules macrophages d’absorber les nanotubes longs. L’effet de la rigidité montrée dans cette étude va bien dans le même sens.
En France, l'ANSES avait publié il y a un an une Note d'actualité "Toxicité et écotoxicité des nanotubes de carbone" : État de l’art 2011-2012. Une synthèse de l'état des connaissances relatives à l'évaluation des risques sanitaires et environnementaux associés aux nanomatériaux manufacturés réalisée par le groupe de travail pérenne "Nanomatériaux et santé" devait être rendue publique à l'automne, mais sa publication semble être retardée à début 2014.

A noter également, la publication en octobre 2013 au Japon d'un guide sur la mesure des nanotubes de carbone sur le lieu de travail2.

⇒ Votre analyse et vos compléments d'information nous intéressent : ils nous permettront notamment de compléter le dossier Nanomatériaux et Santé au travail en cours de finalisation pour notre site veillenanos.fr


LIRE AUSSI
- Sur nos sites :
- Ailleurs sur le web :


REFERENCES :
1 - Evaluation of the health effects of carbon nanotubes, FIOH, octobre 2013
2 - Guide to measuring airborne carbon nanotubes in workplaces, RISS, National Institute of Advanced Industrial Science and Technology (Japon), octobre 2013