home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

FRANCE : L'idée de faire financer les évaluations des risques des nanoparticules par les entreprises qui les commercialisent entre à l'Assemblée nationale

Par MD - 11 octobre 2012
Face aux députés, Gilles-Eric Séralini a défendu avant-hier l'idée de faire financer les évaluations des risques des OGM et des nanoparticules par les entreprises qui les commercialisent.

Mardi 9 octobre, Gilles-Eric Séralini, l'auteur de l'étude de toxicologie sur un maïs génétiquement modifié qui a déclenché une vive polémique fin septembre1 a été auditionné par la Commission du développement durable et la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale2.
Lors de son intervention, le professeur de biologie moléculaire et membre du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) a dépassé le cadre strict des biotechnologies et élargi son propos à l'ensemble des nouvelles technologies, dont les nanotechnologies.

Concernant l'évaluation des risques associés à ces nouvelles technologies, le professeur considère que nous sommes au "Moyen-Age de la science" : "Comment pouvons-nous penser aujourd'hui que tous ces produits qui ne sont pas testés à long terme, comme les nanoparticules et en son temps l'amiante, n'incluent aucun risque ? (...) L'externalisation des risques à long terme des nouvelles technologies est un phénomène commun de notre société. (...) On s'interdit de demander ou de commanditer à nos agences sanitaires des tests à long terme pour des raisons économiques, et même la recherche publique n'a pas de financement pour cela. (...) En tant que scientifique, je ne comprends pas l'argument qui dit qu'on va retarder l'industrie. Je pense qu'au contraire, en triant bien, on aura les bons produits en faveur de la santé et de l'environnement et que l'Etat fera des économies".

Gilles-Eric Séralini a plaidé en faveur de la mise en place d'études longues, menées par des chercheurs de façon transparente, publique et indépendante des compagnies... ce qui ne veut pas dire, comme on peut l'entendre souvent, exclusivement sur financements publics. Comme il est "difficile pour l'Etat de financer des études sur tous les produits commerciaux qui sont mis sur le marché", a souligné le chercheur, c'est à l'industrie de prendre en charge le financement de ces études.
Pierre-Henri Gouyon, professeur au Museum national d'histoire naturelle, à l'AgroParisTech et à Sciences Po et également membre du CRIIGEN, était également intervenu dans ce sens la semaine dernière sur France Inter3, en insistant sur le fait que ce sont aux entreprises - et non aux contribuables - de payer, pour des études menées quant à elles dans un cadre public et transparent.

Cette proposition rejoint celles formulées ces derniers mois par différents chercheurs et groupements d'ONG en faveur d'un mécanisme d’auto-financement de la gestion des risques associés aux nanomatériaux manufacturés, conforme au principe pollueur-payeur, pour soulager les contribuables et responsabiliser les industriels. L'Avicenn a mis en ligne une fiche sur cette question en septembre dernier4.

LIRE AUSSI sur notre site :
- Nos rubriques :
- Nos fiches :

NOTES et REFERENCES :
1 - FRANCE – Nombreuses réactions après la publication d’une étude explosive sur un maïs OGM, Inf'OGM, 20 septembre 2012
2 - Les vidéos de l'intervention de Gilles-Eric Séralini et des échanges avec les députés sont disponibles ici : Audition de Gilles-Eric Séralini par la Commission du développement durable et commission des affaires sociales, Assemblée nationale, 9 octobre 2012
3 - Lors de l'émission "La Tête au Carré" du 5 octobre 2012
4 - Voir notre fiche Comment financer les études de risques nano ?, Veillenanos.fr
 financement risques