home Contact Espace collectif Rechercher
bandeau
Lien vers: PagePrincipale

Quelle implication des citoyens dans la "gouvernance" des nanotechnologies ?

Par MD et DL - Dernière modification avril 2018
Cette fiche a vocation à être complétée et mise à jour avec l'aide des adhérents et veilleurs de l'Avicenn. Vous pouvez vous aussi contribuer à l'améliorer en nous envoyant vos remarques à l'adresse redaction(at)veillenanos.fr.

Malgré une médiatisation croissante des nanotechnologies et nanomatériaux, la population reste encore assez peu informée des développements des nanotechnologies qui engagent pourtant l'avenir de tous. Le flou et la complexité du domaine nano1 et l'opacité qui entoure les décisions publiques comme les procédés utilisés par les industriels entravent la transparence qui serait nécessaire pour une démocratie au sens authentique du terme.
En 2009-2010, le débat public national sur les nanotechnologies organisé en France a mis à jour les difficultés du dialogue entre citoyens, administrations, chercheurs et industriels sur les nanos.
Les citoyens ont peu accès aux éléments qui ont conduit, ou conduiront, aux choix relatifs aux orientations et aux financements de la recherche, au développement et à la commercialisation des nanotechnologies / nanomatériaux.

L'association Avicenn, via les informations qu'elle met à disposition de tous sur ce site http://veillenanos.fr et les réseaux sociaux, cherche à combler le déficit d'information transversale, lisible et indépendante sur les nanos et à faciliter le repérage des acteurs clés et des lieux où sont effectués les choix importants dans ce domaine vaste et complexe.
Afin que les décisions ne soient pas confisquées aux citoyens, nous cherchons à leur fournir les outils nécessaires à la compréhension des enjeux à la clé afin qu'ils puissent, s'ils le souhaitent, prendre part aux débats, peser sur les décisions qui sont prises et agir en connaissance de cause.

D'autres acteurs ou programmes affichent la volonté d'associer les citoyens ou "le public" à la gouvernance des nanotechnologies, avec néanmoins parfois un risque d'instrumentalisation de ces derniers. La vigilance est de mise. En effet, si des consultations et débats publics2 ont permis d'informer un cercle élargi - mais néanmoins encore largement insuffisant - de citoyens, leurs conditions de mise en oeuvre sont souvent sujettes à polémique et leurs recommandations ont été peu suivies d'effet(s)..

C'est davantage via la mobilisation des organisations de la société civile3 que leurs questionnements et recommandations pourront être portées, dans un premier temps du moins, dans les lieux de décision.

→Voir ici les ONG françaises spécifiquement mobilisés sur le sujet nano.


- A lire sur nos sites :

- Projets avec un volet citoyen
En France :
  • Projet Nanoscoope, Projet chercheurs-citoyens financé par la Région Nord - Pas de Calais et consacré aux enjeux du développement des nanomatériaux et nanotechnologies.
Une journée sur l'éthique a eu lieu le 18 mai 2016 à Lille.
Une réunion interassociative a eu lieu le 4 octobre 2016 à Lille.

A l'étranger :
  • NanoDiode, programme terminé en mai 2016 : "an innovative, coordinated programme for outreach and dialogue throughout Europe to support the effective governance of nanotechnologies"
NanoDiode
Lien vers: http://www.nanodiode.eu

- Analyses :
En français :
En anglais :


NOTES et REFERENCES

1 - Le terme "nanotechnologies" est un mot fourre-tout qui recouvre des réalités différentes. Comme le soulignait l'association Sciences et Démocratie en 2010, ce terme "ajoute une couche de complexité au travail d'explication nécessaire pour permettre au citoyen de s'approprier le sujet, d'autant plus que sa définition fait encore l'objet de débats entre spécialistes".

2 - Cf. notamment (liste à compléter) :

3 - Cf. Xi Wang, Revisiting "upstream public engagement" in nanotechnologies : from the perspective of the public sphere, Library and information sciences. Université Paul Sabatier - Toulouse III, 2015.

Fiche initialement créée en mai 2015
 citoyens démocratie gouvernance public