home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

FRANCE : Lancement de Nano 2017 à Grenoble

Par MD et l'équipe Avicenn - brève initialement publiée dans la lettre VeilleNanos n°8/9 du 30 décembre 2013

Le 22 juillet 2013, Jean-Marc Ayrault a annoncé à Grenoble le nouveau programme de développement de nanotechnologies baptisé "Nano 2017". Ce programme, qui concerne en fait uniquement le domaine de la nano-électronique, fait suite aux projets Nano 2008 et Nano 2012 ; il est piloté par la société franco-italienne STMicroelectronics et le laboratoire LETI du CEA.
L’investissement total sur cinq ans (2013-2017) est estimé à 3,5 milliards d’euros :
  • Collectivités territoriales : 100 M€ - dont 25 M€ du Conseil régional Rhône-Alpes
  • Europe : 400 M€
  • Etat français : 600 M€
  • STM : 1,3 Md€.
L’investissement public dans ce programme a été contesté par certains élus locaux, notamment les écologistes d’EELV du Conseil régional Rhône-Alpes et du Conseil général d’Isère, ainsi que par certains conseillers régionaux Front de gauche. Ils considèrent qu’il est préférable de financer de la recherche privée vers les PME plutôt que pour un programme qui bénéficiera à une société comme STMicroelectronics « qui a reversé plus de 500 millions de dollars de dividendes à ses actionnaires dans les 18 derniers mois ». Ils souhaiteraient que l’argent public serve aussi à « financer des recherches sociologiques sur l’utilité même de ces technologies et les évolutions sociétales qu’elles entrainent. Si les gains d’énergies sont intéressants, d’autres questions éthiques, voir philosophiques, ne doivent pas être taboues ». Autre argument avancé : "la participation des collectivités sera très faible pour le projet (moins de 3% de l’ensemble) mais très importante pour leur budget : elle grèvera leurs finances déjà bien mises à mal par la crise économique et sociale".