home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ? (définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Les infos de VeilleNanos
LettreVN017-20170511-une_small


Abonnez-vous gratuitement ici

Les précédents n° de la lettre VeilleNanos

Nanotechnologies et Agricultures

image dossier_agriculture_et_nano_3.jpg (19.9kB)
Par DL - août 2018 , mise à jour 24/09/2018

Dossier et fiches synthétiques
- La synthèse comporte ces points :
  • Les "promesses" des nanos en matière d'agriculture
  • Quelles applications nano déjà sur le marché ?
  • Une porte d'entrée fortuite des nanos sur les sols agricoles : l'épandage des boues des stations d'épuration
  • Quelle information des agriculteurs et quels impacts sur leur santé ?
  • Quels impacts environnementaux ?
  • Beaucoup de questions encore sans réponse

- Le dossier complet, pour aller plus loin :

Beaucoup de questions restent encore sans réponse, telle est la conclusion de la synthèse publiée sur veillenanos :
  • Quel est le volume de nanomatériaux utilisés dans le domaine agricole ?
  • Qu'est-ce qui est "nano" dans les pesticides et engrais ? Est-ce la matière active ? Est-ce un ingrédient dans la formulation ?
  • Pourquoi les fabricants de produits phytosanitaires y ont-ils recours ? Quels sont les bénéfices attendus ?
  • Quels risques ont été identifiés ? Quelles sont les mesures de précautions prises ? Avec quel degré de fiabilité ?
  • Pour qui ? comment ? quand ? où ?
  • Y a-t-il des anticipations de seuils d'usages comme pour d'autres produits (cf. par exemple la directive nitrates, la limitation d'utilisation d'herbicides) ?

Et aussi :
Des produits actifs à doses infinitésimales augmentent les conséquences des erreurs sur le terrain et conduisent à faire la promotion de l'agriculture de précision : tracteur piloté par GPS pour ne pas recouper les passages de tracteurs, au millimètre près avec une rampe de 36 mètres de large ! Et c'est l'enchainement de technologies...
Au contraire, penser les rotations de cultures et les aménagements paysagers pour limiter les maladies, parasites, avec moins de recours aux produits chimiques demande d'autres connaissances pour plus d'autonomie...
Allons-nous constater que des métiers différents exigent des aptitudes différentes, ou à l'inverse, définir le métier et la manière dont on veut l'exercer, avec quel degré de sécurité et quelle éthique environnementale, pour demander à la recherche de résoudre les questions ad hoc, donc renverser les modes de recherche ? (cf courrier de l'environnement Inra N° 64 juillet 2014).
Les métiers de l'agriculture seront-ils plutôt laborantin en salle blanche en lien avec agriculteur climatisé connecté ou agriculteur bronzé moins exposé aux produits chimiques ?
Nous avons le devoir de ne pas confisquer ce choix qui concerne les générations suivantes et de faire en sorte qu'une option ne chasse pas l'autre…