home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn Se connecter
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ?
(intro, définitions, mesures, etc.)
Produits et domaines d'application (alimentation, cosmétiques, textiles, BTP, médicaments, ...)
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques (toxicité, recherches, incertitudes, etc.) et préoccupations nano :
Notre ligne éditoriale


Espace réservé
image Textilesnanonainssmall.jpg (78.0kB)

Nano et textiles

Par l'équipe Avicenn - Dernière modification septembre 2021

Cette fiche a vocation à être complétée et mise à jour. Contribuez à l'améliorer en envoyant vos remarques à redaction(at)veillenanos.fr.
Les nanomatériaux peuvent se retrouver dans des colorants pour tissus ou dans des textiles anti-taches et/ou déperlants1, antibactériens et/ou anti-odeur2, dépolluants3, anti-UV4, réchauffants ou au contraire rafraîchissants5, anti-moustiques6 ou encore anti-feu, diffuseurs de parfum, etc.

Contrairement aux cosmétiques ou aux produits alimentaires emballés, la réglementation n'oblige pas les fabricants ou les marques textiles à indiquer les substances qui entrent dans la composition des textiles ni à signaler leur échelle nanométrique par la mention [nano].

Les bilans de la déclaration obligatoire française ne font état que d'une vingtaine de déclarations de substances nanoparticulaires pour le textile en France, sans que le registre R-nano ne permette d'identifier les produits concernés.
Mais sur le net, le discours vantant les mérites de textiles nano-additivés fait florès...
Dans le domaine des textiles comme dans les autres, il est difficile de distinguer aujourd'hui les "promesses" encore à l'état de recherche & développement des applications nano réellement commercialisées. En 2018, Avicenn avait néanmoins repéré l'entreprise américaine Nanotex, qui approvisionne plus de 100 marques dans le domaine de l'habillement, de la décoration intérieure et du linge de maison, dont Calvin Klein, GAP, Hermès, Intersport, Nike, O'Neill, etc.

Et il est encore trop rare de voir de réelles approches bénéfices / risques7... Des applications antimicrobiennes dans le milieu médical8 par exemple peuvent être justifiées (sous réserve d'avoir fait preuve de leur efficacité en conditions réelles et de faire l'objet d'une gestion adéquate de la gestion des déchets notamment) ; mais quid dans les textiles grand public ?

Beaucoup de vêtements de sport seraient traités au nanoargent. En 2018, Svenskt Vattens, le syndicat suédois des eaux et des eaux usées a alerté sur l'argent antibactérien et anti-odeur provenant de textiles de sport9 : c'est la plus grande source connue d'argent dans les stations de traitement de l'eau, une menace pour nos lacs et nos mers, ainsi qu'un risque de propagation de la résistance aux antimicrobiens. Les marques et distributeurs sont invités à cesser de vendre des vêtements traités à l'argent pour protéger l'eau (Adidas a été pointé comme le plus mauvais élève).
Plus récemment, en juin 2020, la marque italienne Erreà Sport a annoncé que son maillot porté par le club Parma Calcio 1913 contiendra des nanoparticules d’oxyde de zinc ("encapsulées de manière permanente dans les fibres"), exerçant une fonction antibactérienne10. En juillet Avicenn a demandé à Oeko-Tex s'il avait bien certifié ces T-shirts et quelle politique cet organisme avait mise en place concernant les nanoparticules / nanomatériaux.

Une question récurrente sur les forums féminins et réseaux sociaux : les culottes menstruelles contiennent-elles des nanoparticules d'argent ? Là encore, difficile de le savoir11. En avril 2019, l'ONG Women's Voices for the Earth s'inquiète de l’utilisation de nanoargent dans les serviettes et sous-vêtements menstruels, du fait des risques pour la santé ET pour l'environnement.
Il est possible qu'à l'instar des produits alimentaires ou cosmétiques, certaines marques jouent au contraire la carte du "sans nano", comme certaines culottes menstruelles12.

En mars 2020 aux Etats-Unis, plusieurs associations se sont mobilisées contre l'autorisation par l'agence de protection de l'environnement américaine (EPA) d'un produit à base de nano-argent destiné à être appliqué sur des textiles, au vu des risques sanitaires et environnementaux qu'il serait susceptible d'entraîner. En savoir plus ici.

En 2020, Avicenn a fait tester les rideaux "purificateurs d'air" d'IKEA qui se sont révélés couverts de nanoparticules de dioxyde de titane... et qui ont été depuis retirés du marché (IKEA s'est rendu compte qu'ils n'étaient pas aussi dépolluants que prévu !).

Un contre-exemple à méditer... tant le champ des textiles "intelligents" semble parier sur les nanomatériaux13 - pour quels effets réels (bénéfiques... ou négatifs) ?
Des chercheurs américains travailleraient sur des fibres composées de nanomatériaux pour permettre de recharger les smartphones grâce à la chaleur du corps humain14...

En savoir plus

En français :

En anglais :


NOTES et REFERENCES

1 - Voir par exemple :

2 - Voir par exemple :
  • Pharma Calcio descend dans l'arène avec le nouveau tissu antibactérien Ti-energy pour mieux protéger ses athlètes, Erreà, 25 juin 2020 : "Le club Parma Calcio 1913 portera le maillot à la croix réalisé dans un nouveau tissu spécial haute-technologie mis au point par Erreà Sport pour faire barrière aux microbes et aux bactéries. (...) la présence de nanoparticules d’oxyde de zinc (encapsulées de manière permanente dans les fibres), exerçant une fonction antibactérienne (...)".
  • Non-polluants, super-résistants, intelligents : à quoi ressembleront vraiment les vêtements du futur ?, Sciences & Avenir, janvier 2020 : "certaines fibres sont travaillées avec des nanomatériaux pour devenir antibactériennes, et donc être lavées moins souvent. Si les nanoparticules d'or et d'argent ou encore l'oxyde de graphène, intégrés à des fibres classiques, ont prouvé leur efficacité en la matière, leur impact sanitaire et environnemental comme leur coût élevé n'en font pas des solutions viables. Les nanomatériaux à base de polymères, moins chers et plus verts, ont également des vertus antibactériennes, mais sur un temps limité, en raison de leur fâcheuse tendance à emprisonner les bactéries dans la fibre avec le temps. Ainsi, des chercheurs du College of Textiles et de l'Institut du textile de l'Université Donghua ont cherché – et peut-être fini par trouver –, la "bonne recette" d'un textile antibactérien : les nanogels durables à base de guanidine. Greffés dans du coton ou d'autres fibres naturelles, ces derniers ont la capacité de perturber la membrane cellulaire bactérienne tout en restant efficaces après une cinquantaine de lavages."
  • Tweet de Umbro France, avril 2019 : "En 2004, Umbro introduit la technologie X-STATIC dans plusieurs kits, notamment dans le maillot anglais de l'Euro 2004, une première. Des nanoparticules d'argent sont fixées à la surface de la fibre textile, ce qui inhibe les bactéries et les odeurs corporelles"
  • Des tissus qui s'auto-nettoient grâce aux nanoparticules pourraient marquer la fin des lessives, Sciences & Avenir, mars 2016

3 - Voir par exemple :

4 - En 2017, la marque italienne Castelli a également remplacé les habituels maillots et cuissards noirs de l’équipe Sky de Grande-Bretagne par une version blanche avec dioxyde de titane intégré afin de renforcer la protection solaire (sous forme de nano-fil tissé dans le polyester des shorts et des cuissards et également sous forme de teinture pour faire office de seconde couche de protection contre le soleil) avant d'étendre l'utilisation de dioxyde de titane aux tenues amateurs, comme les cuissards Inferno et les maillots Climber’s 2.0. Source : Comment le dioxyde de titane protège les cyclistes du soleil, TDMA, mars 2018

5 - Voir par exemple :

6 - Voir notamment Investigation and Mathematical Analysis of Avant-garde Disease Control via Mosquito Nano-Tech-Repellents, COST, 11 juillet 2017

7 - Quelques exceptions :

8 - Voir par exemple :

9 - Cf. Adidas continues to sell clothing treated with toxic silver despite the risk to aquatic environments, Svenskt Vattens, 17 décembre 2018.

10 - Cf. Pharma Calcio descend dans l'arène avec le nouveau tissu antibactérien Ti-energy pour mieux protéger ses athlètes, Erreà, 25 juin 2020 : "Le club Parma Calcio 1913 portera le maillot à la croix réalisé dans un nouveau tissu spécial haute-technologie mis au point par Erreà Sport pour faire barrière aux microbes et aux bactéries. (...) la présence de nanoparticules d’oxyde de zinc (encapsulées de manière permanente dans les fibres), exerçant une fonction antibactérienne (...)".

11 - Voir par exemple "Des nanoparticules dans nos culottes ?" in La culotte menstruelle : une vraie révolution ?, ChEEk Magazine, novembre 2017

12 - Voir par exemple :

13 - Voir par exemple :

14 - Cf. Recharger son smartphone avec ses vêtements, Sportail, 2 novembre 2020

Page initialement mise en ligne en janvier 2018
 anti-UV anti-feu anti-odeur anti-taches antibactérien culottes imperméabilisant nanoargent nanomatériaux nanoparticules textiles tissus vêtements waterproof