home Contact Rechercher Rechercher Un site de l'associationAvicenn Se connecter
bandeau
Lien vers: PagePrincipale
Vous avez dit nanos ?
(définitions, métrologie, etc.)
Produits et applications nano
Réglementations (étiquetage, déclaration par les entreprises, registres nationaux, etc.)
Risques nano (toxicité, recherches, incertitudes, etc.)
Préoccupations :

Pour soutenir nos travaux, adhérez à Avicenn et partagez nos infos sur les réseaux sociaux :
f-Facebook-nano
Lien vers: https://www.facebook.com/VeilleNanos
T-Twitter-nano
Lien vers: https://twitter.com/VeilleNanos


Espaces réservés
Ceci est une version archivée de PagePrincipale à 2020-06-25 16:48:08.

A la "Une"

Les zooms de la rédaction

image UE.jpg (0.5kB)
Juin 2020 : La feuille de route présentant la nouvelle stratégie durable dans le domaine des produits chimiques ("Chemical strategy for sustainability") de la Commission européenne a été soumise à consultation jusqu’au 20 juin. Plusieurs ONG ont proposé des mesures concernant les nanomatériaux (entre autres). Avicenn a soumis une contribution exclusivement concentrée sur les nanomatériaux - grands absents de la feuille de route, ils méritaient bien un coup de projecteur spécifique ! Parmi les mesures préconisées : 1 - créer une réglementation sur-mesure pour les nanomatériaux ; 2 - assurer l’enregistrement effectif des nanomatériaux ; 3 - améliorer l’information sur la présence de nanomatériaux dans les produits et sur les risques associés ; 4 - favoriser une recherche indépendante sur les risques associés aux nanomatériaux par un fonds abondé par les entreprises qui importent, produisent ou utilisent ces nanomatériaux. En savoir plus ici.


image InterNalnano.jpg (1.1kB)
2e trimestre 2020 : Nano et covid-19
Le covid-19 donne lieu à une course contre la montre pour trouver et mettre au point le plus rapidement possible des dispositifs de tests, de prévention et de traitement du virus. Au sein de la communauté scientifique et industrielle, des acteurs développant des nanomatériaux font valoir que les propriétés spécifiques de ces derniers pourraient contribuer à cet effort de lutte contre le coronavirus. Avicenn compile en ce moment des exemples d'applications (déjà commercialisées ou en cours de recherche & développement) des nanomatériaux pour lutter contre le covid-19 : tests de dépistage & diagnostic, vaccins, équipements de protection (masques, blouses, ...), produits désinfectants utilisés pour les lieux et équipements publics, voire même des traitements antiviraux et/ou des traitements des infections dues au covid-19. Certaines paraissent prometteuses, d'autres sont très peu étayées, toutes posent question : quelle réelle efficacité ? à quelle échéance ? et quels risques pour la santé et l'environnement ? Découvrez notre dossier ici.

Sélection des autres actus nano du mois écoulé - en bref :

image FR.jpg (0.4kB)
19 juin 2020 : Plus de six mois après la date légale, le Bilan r-nano 2019 a enfin été publié par le Ministère de la transition écologique et solidaire. La quantité agrégée de substances à l’état nanoparticulaire déclarées avoisine cette année encore les 400 000 tonnes. L'ensemble des chiffres fournis sont relativement stables par rapport aux années précédentes, à l'exception du nombre de producteurs qui a significativement baissé par rapport à 2018 (- 42 %). Au total, entre 300 et 400 catégories de substances à l’état nanoparticulaire différentes ont été déclarées. Cette année encore, les déclarations des entités en tête de chaîne ne contenaient "pas toutes les informations requises" et ont donc été "importées de façon incomplète tout au long de la chaîne de distribution de la substance". L’amélioration du dispositif de déclaration et du registre figure dans les priorités de l’Anses pour améliorer l’exploitation des données. Avicenn, qui a émis des propositions en ce sens depuis des années maintenant, espère que cette amélioration va être concrétisée dans les plus brefs délais. En savoir plus ici.

image FR.jpg (0.4kB)
9 juin 2020 : L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a présenté ce matin, devant près de 80 personnes réunies en visioconférence, un état des lieux de la présence de nanomatériaux manufacturés dans l’alimentation ainsi qu’une méthode permettant de déterminer l’approche la plus adaptée pour l’évaluation des risques sanitaires des aliments contenant de tels matériaux. L'agence, qui fait référence, entre autres aux travaux d'Avicenn, formule également des recommandations permettant de renforcer la traçabilité pour qu'il devienne possible d'identifier les nanomatériaux dans les produits alimentaires et d'évaluer correctement l'exposition des consommateurs et les risques sanitaires. L'ONG Agir pour l'Environnement a immédiatement dénoncé le retard et les limites des travaux de l'Anses. Elle appelle les pouvoirs publics à "instaurer un moratoire au plus vite sur l’usage des additifs et ingrédients nanos dans l’alimentation tant que ces substances ne sont pas correctement évaluées, étiquetées et que les doutes sur leur toxicité ne sont pas levés". En savoir plus ici.

image FR.jpg (0.4kB)
1er juin 2020 : L'exposition alimentaire chronique aux nanoparticules inorganiques (dioxyde de titane, silice, argent et zinc) pourrait être un facteur de risque facilitant l'apparition et/ou la progression de maladies inflammatoires de l'intestin comme la maladie de Crohn, des troubles métaboliques comme l'obésité ou du cancer colorectal. C'est ce que met en évidence une revue de la littérature scientifique parue le 1er juin réalisée par des chercheurs français. En savoir plus ici.

image FR.jpg (0.4kB)
27 mai 2020 : A l'heure où le nanoargent est de plus en plus utilisé, notamment dans le contexte du covid-19, une nouvelle publication de chercheur·es de Grenoble et Strasbourg vient rappeler que la vigilance doit être de mise : leurs expériences montrent qu'une exposition répétée aux nanoparticules d'argent induit, sur des macrophages de souris, des effets biologiques plus néfastes qu'une exposition unique, bien que moins d'argent soit internalisé lors d'une exposition répétée. En savoir plus ici.

image UE.jpg (0.5kB)
26 mai 2020 : La Commission européenne a proposé d'interdire les additifs E171 qui contiennent plus de 50% de nanoparticules. La France n'est théoriquement pas affectée par cette mesure puisque le E171 n'est plus autorisé sur le sol français depuis le 1er janvier 2020 - du moins dans l'alimentaire (les médicaments seraient, eux, concernés). Mais les autres Etats membres viennent d'approuver cet encadrement communautaire qu'ils attendaient depuis longtemps. Leur vote doit encore être confirmé par le Parlement et le Conseil européens cet été. Une telle mesure soulève plusieurs questions, notamment sur le seuil de 50% retenu - sans lien avec une quelconque considération sanitaire. En savoir plus ici.

image FR.jpg (0.4kB)
26 mai 2020 : Selon un rapport du ministère de la recherche et de l'innovation, en 2017, 3 % des entreprises françaises de recherche et développement (R&D) étaient impliquées dans des travaux de recherche en nanotechnologies, pour un montant global de près de 900 millions d’euros investis dans ce domaine. Près des deux tiers du montant total des dépenses en nanotechnologies, soit 63 %, sont consacrés à la branche "Composants, cartes électroniques, ordinateurs et équipements périphériques". Les entreprises spécialisées en nanotechnologies sont majoritairement des moyennes et grandes structures (plus de la moitié avaient plus de 20 salariés en 2017), mais sont, dans l'ensemble, de plus petites structures (42 personnes en moyenne) que l’ensemble des entreprises de R&D (202 personnes en moyenne). Les entreprises spécialisées en nanotechnologies pèsent très peu dans l’ensemble des entreprises de R&D (0,7 %). Elles consacraient également la quasi-totalité de leur dépense intérieure de R&D des entreprises (DIRDE), soit 0,3 Md€ en 2017, aux nanotechnologies. Quid hors de nos frontières ? Le rapport ne le dit pas : ces quelques chiffres, qui ont le mérite de quantifier quelques éléments du paysage nano en France, ne sont pas mis en perspective avec la situation d'autres pays. En savoir plus ici.

image UE.jpg (0.5kB)
20 mai 2020 : A la demande de l'agence européenne des produits chimiques (ECHA), des experts des Pays-Bas ont analysé les travaux de recherches sur l'absorption par voie cutanée des nanomatériaux utilisés dans les produits de consommation et sur les lieux de travail sont absorbés par la peau. Dans leur rapport final publié ce jour, ils soulignent le manque de données comparables et de qualité et recommandent des programmes de recherche bien organisés et structurés en phase avec les lignes directrices de l'OCDE en matière de tests. En savoir plus ici.

image FR.jpg (0.4kB)
15 mai 2020 : Une revue de la littérature scientifique réalisée par des chercheur·es du CEA montre que les particules de dioxyde de titane (TiO2), de taille nanométrique et microscopique, entraînent des dommages de l'ADN sur divers types de cellules, pulmonaires et intestinales, même à des doses faibles et réalistes. En savoir plus ici.

Retrouvez nos précédentes actus ici.

Les zooms de Veillenanos
Retrouvez notre feuilleton de la suspension du E171 (additif alimentaire composé de (nano)particules de dioxyde de titane) .

Un nouveau dossier est en cours de création sur les nanos et le Covid-19 ici.

Ces zooms ont vocation à être complétés et mie à jour avec l'aide des adhérents et veilleurs d'Avicenn. Vous pouvez vous aussi contribuer à l'améliorer en nous envoyant vos remarques à l'adresse redaction(at)veillenanos.fr.


 actualités information nanomatériaux nanoparticules nanos nanosciences nanotechnologies veille
Ce site est édité par Avicenn, association qui promeut davantage de transparence & de vigilance dans le domaine des nano

S'abonner pour accéder aux pages réservées de Veillenanos
Découvrez notre nano BD :
image CouvertureBDnano.jpg (79.6kB)
Lien vers: http://veillenanos.fr/wakka.php?wiki=NanoBD
Mini BD nano

Commandez votre livre !
Nanomateriaux-Avicenn-small
Lien vers: LivreSoyonsVigilants

Notre ligne éditoriale