Vers la suspension du dioxyde de titane dans les cosmétiques et les médicaments ?

image
+ de fiches
Actus
Agenda

Après l’alimentation, la suspension du dioxyde de titane dans les cosmétiques (hors crèmes solaires) et les médicaments ?

Par l’équipe AVICENN – Dernier ajout février 2022

L’interdiction des (nano)particules de dioxyde de titane dans les produits grande consommation est demandée puis une dizaine d’années par différentes organisations (associations, journalistes, agences sanitaires, …). Ces demandes se sont accélérées ces derniers temps avec l’interdiction du dioxyde de titane dans les denrées alimentaires (E171) en 2020.
AVICENN compile ci-dessous les demandes en faveur de l’élargissement de cette interdiction aux cosmétiques susceptibles d’être ingérés et/ou inhalés (dentifrices, maquillages, baumes à lèvres…) et aux médicaments.

Compte à rebours :

En 2022

  • 14 janvier 2022 : le règlement européen 2022/63 interdisant l’additif alimentaire dioxyde de titane (E171) ouvre la possibilité, dans son article 3, d’une interdiction du E171 dans les médicaments – une décision qui pourrait être prise en 2025. D’ici avril 2024, l’agence européenne des médicaments (EMA) devra avoir réalisé une évaluation actualisée pour que la Commission européenne puisse réexaminer la nécessité de maintenir le dioxyde de titane (E171) sur la liste des colorants utilisés dans les médicaments, en tenant compte des progrès réalisés dans l’intervalle pour mettre au point des alternatives. « Si le remplacement du dioxyde de titane (E171) dans les médicaments n’a pas eu lieu ou n’a pas débuté dans le délai susmentionné, seules des raisons objectives vérifiables liées à l’impossibilité de le remplacer devraient être prises en considération »

En 2021

  • 24 décembre 2021 : relayant l’enquête de Kali (cf. ci-desssou), France 3 interviewe Pauline Cervan de Générations futures qui dénonce le fait que le dioxyde de titane n’ait aucun rôle sur l’efficacité des médicaments, mais présente des risques de cancérogénicité et de génotoxicité
  • 22 décembre 2021 : le magazine Kali fait sa « une » sur les 800 médicaments contenant du dioxyde de titane et demande le retrait du TiO2 des médicaments
  • 28 octobre 2021 : Que Choisir dénonce, avec AVICENN, le fait que l’Agence européenne des médicaments (EMA) se fait le porte-voix des laboratoires et regrette qu’une date limite pour la substitution, prévue par un texte réglementaire, n’ait pas été instaurée par la Commission européenne
  • 21 octobre 2021 : Karine Jacquemart de Foodwatch réclame que le dioxyde de titane soit aussi interdit dans les médicaments et le dentifrice.
  • octobre 2021 : on apprend suite à l’approbation par les Etats membres de l’interdiction du E171 dans l’alimentation dans toute l’Union européenne, que les médicaments ne seraient pas concernés d’ici plusieurs années
  • 6 mai 2021 : la Commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, annonce que la Commission européenne va proposer une interdiction européenne du E171 ; cette annonce a été faite quelques heures à peine après la publication de l’avis de l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) concluant que cet additif ne peut plus être considéré comme « sûr », en raison de potentiels effets génotoxiques (dommages à l’ADN). Il s’agit d’un très net infléchissement de la position de l’EFSA, qui jusqu’à présent s’était évertuée à dire que le E171 était « safe » – et ce, en dépit des nombreuses publications scientifiques qui s’accumulent depuis plusieurs années et montrent des effets néfastes. Ce revirement confirme la pertinence des alertes lancées – depuis plus de dix ans maintenant  – par les scientifiques et les associations et prises au sérieux par les autorités françaises, qui ont suspendu le E171 depuis 2020.
  • 4 mars 2021 : l’association Agir pour l’Environnement annonce sur Facebook que 7 nouvelles marques se sont engagées à retirer le dioxyde de titane de leurs dentifrices ; leur site https://dentifrice-infoconso.agirpourlenvironnement.org a été récemment mis à jour

En 2020

  • 22 octobre 2020 : l’association Agir pour l’Environnement lance une pétition « Stop titane » demandant l’élargissement de l’interdiction du dioxyde de titane aux médicaments et dentifrices (plus de 30 000 signatures recueillies) :
  • 16 octobre 2020 : Que Choisir réitère également son appel à un élargissement de l’interdiction de cet additif aux médicaments et cosmétiques susceptibles d’être ingérés (dentifrice, rouge à lèvres…) :
  • 7 octobre 2020 : une étude de chercheurs français montre que l’exposition de la femme enceinte au dioxyde de titane conduit à une accumulation de nanoparticules de TiO2 dans le placenta et à une contamination du fœtus. Elle a été menée par des scientifiques de l’INRAE, du LNE, du Groupe de Physique des Matériaux de Rouen, du CHU de Toulouse, de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse. Elle vient confirmer des présomptions fortes, suite à des publications chez l’animal. Comme le rappelle le communiqué de l’INRAE, l’utilisation du dioxyde de titane dans les denrées alimentaires a été suspendue en France, mais il est encore utilisé dans les dentifrices, écrans anti-UV, des crèmes et poudres cosmétiques et les produits pharmaceutiques. Dans un communiqué publié le même jour, Agir pour l’Environnement demande l’élargissement de l’interdiction du E171 aux médicaments et dentifrices.

En 2019

  • Août 2019 : la sénatrice LR des Alpes-Maritimes, Colette Giudicelli, avait déposé une question écrite (n°11991) à la ministre des solidarités et de la santé de l’époque, sur la présence de dioxyde de titane nanoparticulaire dans les dentifrices et certains médicaments. Fin septembre, AVICENN apprend que la question, bien que transmise au Ministère de l’économie, des finances et de la relance, a été « retirée pour cause de décès ».
  • Juin 2019 : l’association de consommateurs Que Choisir exhorte les autorités européennes à interdire sans délai le dioxyde de titane présent dans près de 7000 références cosmétiques susceptibles d’être ingérées (dentifrices, bains de bouche, rouges et baumes à lèvres, etc.).
  • Juin 2019 : Interrogée par Challenges1Cf. Pourquoi le dioxyde de titane a été banni des assiettes, mais pas des dentifrices, Challenges, 7 juin 2019, Anne Dux, directrice des affaires scientifiques de la Febea, le syndicat professionnel du secteur cosmétique, aurait répondu que dans les dentifrices, il n’y a pas de substitut possible au TiO2 comme colorant blanc car le le dioxyde de titane serait le seul à ne pas interagir avec les autres éléments. L’obstacle à sa suppression selon elle : « les études montrent que dans l’esprit des consommateurs, le blanc est associé à la propreté et que cela les incite à davantage se brosser les dents ». Pourtant des marques s’en sont toujours passées, d’autres ont déjà commencé à le retirer de leurs dentifrices et certaines font même de l’absence de TiO2 dans leur dentifrice un argument marketing2En octobre 2018, l’enseigne Casino, s’est engagée à retirer les nanoparticules de TiO2 de « tous ses produits », notamment les dentifrices, d’ici la fin de l’année. En janvier 2019, AVICENN a également repéré le dentifrice de la marque Dentavie commercialisé par le Laboratoire Léa Nature, garanti « sans ingrédients superflus et controversés », notamment sans « dioxyde de titane »..
  • Mars 2019 : l’association Agir pour l’Environnement (APE) demande au cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, d’élargir la suspension du dioxyde de titane à tous les produits qui peuvent être totalement ou partiellement ingérés : dentifrices et médicaments notamment, rapportant la présence de dioxyde de titane (TiO2) dans deux tiers des 408 dentifrices dont aucun ne porte la mention [nano] pourtant obligatoire sur l’emballage pour tout ingrédient de dimension nanométrique présent dans les cosmétiques. Le lendemain de la rencontre, Agir pour l’Environnement a indiqué dans un communiqué de presse que “la rencontre a été très décevante”, car il n’a pas été question, pour l’instant, d’élargir le champ de l’arrêté aux produits autres qu’alimentaires pour divers prétextes. Une des raisons évoquées : le projet d’arrêté a été conçu pour un cadre alimentaire…Or ce cadre peut être modifié dans la rédaction de l’arrêté. Sur l’absence d’étiquetage [nano] du dioxyde de titane : la DGCCRF n’a pas encore mené d’enquêtes sur les dentifrices mais indique qu’elle l’aurait planifié pour les mois à venir. Pour Agir pour l’Environnement, ce statu quo marque « une nouvelle fois » la frilosité du ministère de l’Economie, incapable de protéger les consommateurs, les enfants et les malades, d’une exposition à une substance chimique dangereuse et inutile dans les aliments, dentifrices et médicaments. Sans attendre une enquête de la DGCCRF et des sanctions dissuasives qu’elle appelle de ses vœux, Agir pour l’Environnement a mis en ligne le site dentifrice.infoconso.org qui permet d’identifier rapidement les dentifrices avec et sans dioxyde de titane. Dans le rapport d’enquête d’Agir pour l’Environnement publié à l’époque, l’association indique avoir relevé la présence de TiO2 dans deux tiers des 408 dentifrices dont elle a étudié la composition (y compris 25 dentifrices bio) et dans la moitié des 60 dentifrices pour enfants. Elle revéle aussi qu’aucun des 271 dentifrices concernés ne porte la mention [nano] pourtant obligatoire sur l’emballage pour tout ingrédient de dimension nanométrique présent dans les cosmétiques. Agir pour l’environnement indique avoir également lancé une enquête participative sur la présence de dioxyde de titane dans les médicaments.

En 2018

  • Octobre 2018 : 60 Millions de consommateurs dénonce l’utilisation quasi systématique du TiO2 pour des applications où la fonction anti-UV n’est pas strictement nécessaire est controversée, notamment dans les crèmes antirides : « les filtres incorporés dans ces antirides sont controversés. En particulier (…) du dioxyde de titane sous forme nano. Dans une crème de soin à visée purement esthétique comme un antirides, la présence de filtres UV à risque avéré, ou même seulement soupçonnés de toxicité, n’est pas acceptable »3Cf. « Crèmes antirides : des filtres UV malvenus », 60 Millions de consommateurs, 25 octobre 2018.
  • Juin 2018 : pétition en ligne « Stop au dioxyde de titane cancérigène dans nos médicaments ! » (à l’attention de la ministre de la santé, sur la plateforme citizaction.fr qui n’est plus en ligne) > début novembre 2019 elle avait recueilli plus de 20 000 signatures
  • Février 2018 : Que Choisir met en évidence dans le dentifrice Aquafresh du TiO2 dont 40% des particules ont une dimension inférieure à 100 nm.

En 2017

  • Octobre 2017 : BD nano co-financée par Agir pour l’Environnement, Générations futures, France Nature Environnement et le Comité pour un développement durable en santé (C2DS)
  • Juin 2017 : « Interdire temporairement dans l’alimentation, les médicaments et les dentifrices en France les nanomatériaux dont l’innocuité est sujette à caution » est l’une des onze propositions compilées par AVICENN, en partenariat avec ses membres associés et d’autres acteurs de la société civile et instances d’évaluation et de gestion des risques dans le cadre du groupe de travail étiquetage / restriction des nanomatériaux piloté par le Ministère de l’environnement

En 2009

Une remarque, une question ? Cette fiche réalisée par AVICENN a vocation à être complétée et mise à jour. N'hésitez pas à apporter votre contribution.

Les prochains RDV nanos

27
Août
2022
Journées d’Été des Savoirs Engagés et Reliés (Collectif associatif, Lyon)
Lyon
Colloque
  • Journées d’Été des Savoirs Engagés et Reliés, ouvertes à tous
  • Du 27 au 29 août 2022
  • Organisateurs : collectif national d’associations engagées dans la coopération entre recherches et mouvements sociaux pour la transition écologique et solidaire (Atécopol, Coexiscience, Écopolien, la Fabrique des Questions Simples, Ingénieur.e.s Sans Frontières, Ingénieur.e.s Engagé.e.s Lyon, Klask, La Myne, PiNG, RogueESR, Sciences Citoyennes)
  • Site internet : www.mouvement-ser.org
22
Sep.
2022
Bonnes pratiques de prévention des risques liés aux nanomatériaux : sensibilisation et mise en situation en laboratoire (CNRS, Paris)
Paris
Formation
  • Formation à destination des manipulateurs de nanomatériaux (techniciens, ingénieurs, doctorants, chercheurs, etc.) ainsi qu’aux assistants de prévention
  • Organisateur : CNRS
  • Site internet : https://formation.ifsem.cnrs.fr/…
29
Sep.
2022
Nanomatériaux et cosmétiques (LNE, Paris)
Paris
Formation
cosmétiques
caractérisation
déclaration
étiquetage
évaluation
réglementation
  • Journée technique
  • Au programme : Nanomatériaux et cosmétiques : exigences réglementaires, évaluation d’exposition, méthodes de caractérisation
  • Organisateur : Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE)
  • Intervenants :
    • Georges Favre, Valérie Godefert et François-Xavier Ouf, LNE
    • Eric Gaffet, SCCS
    • Jérôme Labille, CEREGE
    • DGCCRF
  • Site internet : www.lne.fr/fr/service/formation/journee-technique-nanomateriaux-cosmetiques

Fiche initialement créée en mars 2019


Notes & références

Notre veille, nos informations et nos actions ont besoin de vous pour durer !