Please be aware that this is a machine translation from French to English. AVICENN is not responsible for incorrect or inaccurate translations but welcomes suggestions for reformulation.

VeilleNanos - Nanos et médicaments

Nanos et médicaments

image
+ de fiches
Actus
Agenda

Nanos et médicaments

Par l’équipe AVICENN – Dernier ajout mars 2023

Quelles recherches et quelles applications nano concernant les médicaments ?

Nous disposons de peu d’informations fiables et à jour concernant les recherches et les applications nanos dans le secteur des médicaments1Voir les références listées en bas de page dans la rubrique « Ailleurs sur le web » pour plus de précisions.

Silence radio (ou presque) de l'ANSM sur les nanos dans les médicaments

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait publié en 2011 un rapport sur l’Évaluation biologique des dispositifs médicaux contenant des nanomatériaux.

Silence radio ensuite… il a fallu près d’une dizaine d’années pour obtenir un nouveau rapport, composé d’informations malheureusement relativement datées :

  • L’article 60 de la loi de modernisation de notre système de santé avait prévu que le gouvernement remette au Parlement, à l’été 2017, un rapport sur les nanomatériaux dans les médicaments et dispositifs médicaux.
  • Mais alors qu’en juillet 2018, le ministère de la santé avait annoncé sa publication prochaine, mi-2020, nous n’avions toujours aucune trace de ce rapport.
  • Malgré ses nombreuses relances auprès du ministère de la santé, AVICENN n’avait pas réussi à avoir plus d’infos, sinon que le rapport, réalisé par l’ANSM, serait finalisé et en cours de validation interministérielle… depuis au moins décembre 2017 !
  • En juillet 2020, AVICENN a donc envoyé une lettre recommandée au Premier ministre et au ministre des Solidarités et de la Santé pour réclamer la diffusion du rapport gouvernemental sur les nanomatériaux dans les médicaments et les dispositifs médicaux qui aurait dû être rendu public depuis trois ans.
  • Le rapport reçu le 3 août 2020 ne présente ni date ni auteur(s), ni précision sur la méthodologie, et comporte des références majoritairement anciennes et des limites importantes.

Les recommandations du dernier rapport en date de l’ANSM sont néanmoins intéressantes et restent, plus que jamais, d’actualité :

  • évolutions à apporter à la normalisation et réglementation pour une meilleure identification et évaluation des nanomédicaments et dispositifs médicaux
  • modifications du registre R-nano (convergentes avec les demandes portées par les acteurs de la précaution et de la prévention)
  • implication accrue de l’ANSM sur le sujet
  • etc.

En mars 2023, le conseil scientifique de l’ANSM a publié une analyse des lacunes en matière de surveillance des nanos dans les produits de santé, assortie de recommandations concrètes
→ avec quelles répercussions ? à suivre…

Présence (non désirée) de nanoparticules dans les médicaments

Le E71 sur la sellette

Le E171, interdit dans l’alimentation depuis 2020, est présent dans de très nombreux médicaments2– En 2017, Que Choisir révélait que « 4 000 médicaments contiennent le colorant E171 » (composé en partie de nanoparticules de dioxyde de titane).
– En 2018, 60 Millions de consommateurs a apporté la confirmation par des tests de la présence de ces nanoparticules dans 6 médicaments très utilisés : Efferalgan – Upsa, Spasfon – Teva, Zyrtecset – UCB Pharma, Nurofen – Reckitt Benckiser, Doliprane enfant – Sanofi, Euphytose – Bayer.
– En décembre 2021, dans son numéro exclusif sur les nanoparticules, le magazine Kali a publié la liste des 800 médicaments les plus prescrits qui contiennent du dioxyde de titane
– En décembre 2022, le rapport d’AVICENN En quête de nanos dans les produits du quotidien a relevé la présence de nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxydes de fer dans le médicament Xarelto de Bayer
.
Cet excipient, composé de nanoparticules de dioxyde de titane, n’a pas de visée thérapeutique ; il est utilisé comme colorant et/ou comme opacifiant dans le pelliculage des comprimés ou dans les capsules des gélules pour ses propriétés protectrices vis-à-vis des rayonnements UV. Il est donc à dissocier des “nano-médicaments”, quant à eux volontairement conçus à l’échelle nano dans le but de traverser des barrières physiologiques et d’apporter des substances actives plus rapidement et/ou plus précisément dans le corps.

De nombreuses voix se sont donc élevées ces dernières années pour demander le retrait du E171 dans les médicaments.

Thomas Borel, directeur des affaires scientifiques du LEEM, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament en France, considère lui que « l’excipient E171 assure la stabilité du médicament » et qu’il est donc « indispensable », par exemple pour assurer la protection et l’ingestion du médicament »3Cf. Pourquoi le dioxyde de titane a été banni des assiettes, mais pas des dentifrices, Challenges, 7 juin 2019 et « Retirer le E171 des médicaments serait extrêmement lourd », Rose Up, 28 août 2019.
Ceci dit, des marques promeuvent désormais des enrobages de médicaments sans TiO24Voir par exemple la campagne marketing de Biogrund lancée en mars 2019 :
Challenges of TiO2 free film coatings, 25 mars 2019
Titanium dioxide (TiO2) – a critical excipient?, 19 mars 2019
Replacement of titanium dioxide (TiO2) in tablet film coatings
Are you facing the challenge of replacing TiO₂ in your coating formulations?
. Et en 2019, Sanofi a confirmé réfléchir à substituer le dioxyde de titane de ses médicaments5Cf. intervention de René Labatut, Vice-président, directeur de la stratégie d’innovation technologique, Sanofi, lors du Forum NanoResp, Médicaments et vaccins : à quoi servent leurs nanoparticules ?, 20 mai 2019. En mai 2018, le plan de gestion des nanoparticules de TiO2 mis en place par Sanofi avait fait l’objet d’une présentation lors du forum SOFHYT sur les risques émergents..

D’autres nanoparticules préoccupantes dans les médicaments

Les nanoparticules de dioxyde de titane (E171) ne sont pas les seules à poser problème. L’innocuité d’autres nanoparticules également présentes dans les médicaments est sujette à caution – notamment celles utilisées comme colorants (oxydes de fer notamment6En décembre 2022, le rapport d’AVICENN En quête de nanos dans les produits du quotidien a relevé la présence de nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxydes de fer dans le médicament Xarelto de Bayer) ou la silice. Les travaux menés par l’ANSES sur les risques des nanos dans l’alimentation permettront-ils d’éclairer rapidement ces questionnements ?

A suivre donc…

Ailleurs sur le web

– En français :

– En anglais :

Une question, une remarque ? Cette fiche réalisée par AVICENN a vocation à être complétée et mise à jour. N'hésitez pas à apporter votre contribution.

Les prochains RDV nanos

27
Fév.
2024
Global Webinar on Nanotechnology and Nanoscience (En ligne)
En ligne
Wébinaire
  • 3ème édition du « Global Webinar on Nanotechnology and Nanoscience »
  • Du 27 au 28 Février 2024
  • Organisateurs : Global Scientific Guild
  • Thématique principale : Insights and Innovations in Nanotechnology and Nano Science: Progressing to the future

6
Mars
2024
Maîtrise des risques liés aux nanomatériaux (CEA, Grenoble)
Grenoble
Formation
  • Sensibilisation destinée aux personnels au contact de nanomatériaux en phase de recherche, formulation, production, maintenance, nettoyage, entretien… ainsi qu’aux animateurs ou ingénieurs de sécurité, chefs d’installation, chefs de laboratoires où sont manipulées des nanoparticules.
  • Organisateur : INSTN Grenoble (CEA)
  • Au programme : impact potentiel sur la santé ; métrologie et protections ; maîtrise des risques potentiels liés aux nanomatériaux ; prise en compte des aspects sociétaux
  • Site internet : https://instn.cea.fr/formation/maitrise-des-risques-lies-aux-nanomateriaux-sensibilisation
14
Mars
2024
Les nanoparticules dans les produits du quotidien (ATC, Paris)
Paris
Formation
  • Module dispensé dans le cadre de la formation « Interactions entre les produits chimiques toxiques et l’organism humain » accessible à toute personne possédant un niveau de formation scientifique de base (niveau licence ou expérience professionnelle).
  • Organisateur : Association Toxicologie Chimie (ATC)
  • Intervenante : Nicole PROUST, Ingénieure Recherche, Directeur de recherche honoraire du CNRS, Spécialiste Nanotechnologies, Arsenic, Ondes électromagnétiques, Palaiseau
  • Site internet : https://www.atctoxicologie.fr/notre-formation.html

Cette fiche a été initialement créée en février 2019


Notes and references

Notre veille, nos informations et nos actions ont besoin de vous pour durer !