Les nanotubes de carbone

image
Actus
+ de fiches
Agenda

Par l’équipe AVICENN – Dernier ajout janvier 2022

Les nanotubes de carbone

Il existe différents types de nanotubes de carbone

Découverts il y a deux décennies, les nanotubes de carbone constituent une nouvelle forme de carbone.

Il en existe une grande variété et leurs caractéristiques physico-chimiques varient selon leur procédé de fabrication ou de mise en œuvre.

Ces nano-objets sont des feuillets de graphène enroulés sur eux-mêmes, formant des cylindres creux, avec au moins deux dimensions dans l’échelle nanométrique.

Ils peuvent être divisés en deux grands groupes :

  • les nanotubes de carbone à paroi simple (SWCNT : single-walled carbon nanotube), qui sont constitués d’une feuille de graphène, enroulés sous forme de tube cylindrique,
  • les nanotubes de carbone multi-parois (MWCNT : multi-walled carbon nanotube) constitués de plusieurs tubes concentriques.

Leur diamètre moyen varie du nanomètre (SWCNT) à quelques dizaines de nanomètres (MWCNT), jusqu’à 100 nm.

Leur longueur varie également de quelques micromètres à quelques centaines de micromètres, elle peut même atteindre plusieurs mètres dans certains cas.

Quelles propriétés ?

En raison de leurs propriétés exceptionnelles – conductivité électrique, résistance mécanique et conductivité thermique, les nanotubes de carbone ont été présentés comme des matériaux révolutionnaires pour les secteurs industriels comme l’électronique, l’aérospatiale ou la nanomédecine.

L’importance de leur rapport « longueur sur diamètre » confère en effet aux nanotubes de carbone des propriétés très particulières, exploitées ou convoitées :

  • pour les matériaux (dissipation électrostatique, renforcement mécanique),
  • pour les revêtements (conductivité électrique aux adhésifs et encres par exemple),
  • pour l’énergie (allongement de la durée de vie de systèmes de stockage d’énergie en permettant un nombre de cycles charges/décharges plus important ; accroissement des performances des batteries li-ion)
  • pour la catalyse
  • pour le domaine médical : vectorisation de médicaments ou imagerie notamment.

Pourtant, fin 2017, le « miracle » semble ne pas avoir été au rendez-vous ; les applications industrielles fonctionnelles semblent rares. Les nanotubes de carbone sont difficilement combinables avec d’autres matériaux, ou lorsqu’ils peuvent être combinés, peuvent perdre les propriétés pour lesquelles on les a fabriqués1Fine felted nanotubes CAU research team develops new composite material made of carbon nanotubes, Kiel University, 21 novembre 2017.

Quelle quantité sur le marché ?

En 2016, entre une et dix tonnes* de nanotubes de carbone avaient été déclarées au registre R-nano comme ayant été produites et/ou importées en France en 2015.
Mais en 2019, moins de 1 kg a été déclaré en tout et pour tout au niveau national pour 2018 . Le flou est grand : cette fourchette illustre le poids accordé par les pouvoirs publics au secret industriel et commercial qui empêche aujourd’hui d’avoir une bonne appréhension des quantités et usages de ces particules, malgré les demandes d’information de plus en plus pressantes de la part d’un nombre croissant d’acteurs. Mais surtout, c’est peu en regard de ce que laissaient présager les annonces autour des promesses des nanotubes de carbone.

Quelques sites (et difficultés) de production

Quels risques ?

Les propriétés physico-chimiques intrinsèques des nanotubes de carbone soulèvent de nombreuses inquiétudes concernant leurs effets sur la santé humaine.

Au vu des effets délétères susceptibles d’être entraînés par certains nanotubes de carbone (les nanotubes longs, qui entraînent des dégâts comparables à ceux provoqués par l’amiante au niveau des poumons), une classification est en cours au niveau européen.

Ailleurs sur le web

En français :

En anglais :

Une remarque, une question ? Cette fiche réalisée par AVICENN a vocation à être complétée et mise à jour. N'hésitez pas à apporter votre contribution.

Les prochains RDV nanos

28
Juin
2022
Bioaccumulation, biotransformation de nanomatériaux minéraux et persistance de leurs effets biologiques
Grenoble
Soutenance de thèse
  • Soutenance de thèse : l’Etude de la bioaccumulation, de la biotransformation de nanomatériaux minéraux et de la persistance de leurs effets biologiques au moyen de systèmes cellulaires in vitro
  • Doctorante : Anaëlle Torres, Laboratoire Chimie et Biologie des Métaux, Institut de Recherche Interdisciplinaire de Grenoble (IRIG)
  • Lieu : Amphi Coulomb, Batîment GreEn-ER, 21 avenue des Martyrs, Grenoble
  • En présentiel ou en visio
  • Site internet : www.cea.fr/drf/irig/…
30
Juin
2022
Nanomédicaments et dispositifs médicaux à base de nanomatériaux (LNE, Paris)
Paris
Workshop
médicaments
santé
caractérisation
réglementation
  • Workshop sur le thème des nanomédicaments et les dispositifs médicaux à base de nanomatériaux
  • Au programme : besoins réglementaires, attentes du secteur et initiatives structurantes
  • Organisateur : Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE)
  • Site internet : www.lne.fr/fr/evenements/workshop-nanomedecine
11
Juil.
2022
Micropolluants dans l’eau, un enjeu pour le vivant (Agence de l’eau Adour-Garonne & OFB, Bordeaux)
Bordeaux
Colloque
  • Colloque sur les nouvelles connaissances, le lien entre les activités à terre et la qualité des eaux, y compris marines, et les pistes pour l’action publique ainsi que les leviers nécessaires à la réussite de la transition écologique
  • Organisateurs : l’Agence de l’eau Adour-Garonne et l’Office Français de la Biodiversité (OFB)
  • Partenaires : Bordeaux Métropole, la région Nouvelle-Aquitaine et le Comité Stratégique de la Filière Eau
  • Site internet : https://eau-micropolluantsgrandsudouest.fr/…

Cette fiche a été initialement mise en ligne en juillet 2017


Notes & références

Notre veille, nos informations et nos actions ont besoin de vous pour durer !